samedi 21 octobre 2017

Automne verdoyant ?


Lestes virens vestalis
Leste verdoyant



Bonne surprise ce vendredi 20 octobre, et bonne idée que j'ai eue
d'aller visiter une mare forestière que j'avais un peu négligée ces temps-ci !
Une belle population de Lestes virens vestalis (celui du Nord) était présente,
et très occupée, je vous laisse juge... Toujours les mêmes paramètres sur le site,
forte densité de Molinies, et en cette saison le soleil vite derrière les arbres.
En fait, j'y étais venu dans l'espoir d'y rencontrer Aeshna cyanea
et il y avait bien un mâle qui patrouillait, moitié recherche de femelle,
moitié recherche de casse-croûte (un L. virens en a fait les frais),
mais pas du tout disposé à poser, malgré quelques brefs sur-place
à 30 cm de l'objectif... Quelques Strios complètaient le cortège.














mardi 17 octobre 2017

Leste brunette...


Sympecma fusca
Brunette hivernale ou Leste brun



A chaque saison, non seulement elles nous offrent le plaisir d'être
les premières sur le pont, mais l'automne venu nous permet de les retrouver
à l'écart des plans d'eau, dans les végétations touffues qu'elles affectionnent
et où elle trouveront refuge pour hiverner, jusqu'aux premiers soleils
de fin d'hiver... Celles-ci sont d'août et septembre, je pense
qu'elles ne s'attardent pas près de l'eau et gagnent très vite
leur "lieu de vacances"... Une suite est prévue...











jeudi 12 octobre 2017

Il faut é-li-mi-ner !


Sympetrum striolatum
Sympétrum strié



Le temps de saison de ces derniers jours nous rappelle q'u'ils ne sont pas
éternels, nos Sympétrum striés ! Et même s'ils sont moins présents, je les croise
lorsque je cherche Aeshna cyanea en orée, ou quand je guette A. mixta
à l'étang voisin... A propos de saison, c'est celle des champignons, coulemelles
entre autres, et nos bons Strios ne résistent pas à une telle piste d'atterrissage
si elle est bien présentée... Concernant le titre, il faut se reporter 
à l'avant dernier cliché, et comment dire,
j'avais déjà parfois shooté avant, aussi après, mais jamais pendant.
Et non, ce n'est pas une pétouille sur le capteur...
Comme dit le proverbe, c'est dans le besoin qu'on reconnait ses amis...












dimanche 8 octobre 2017

Le (dernier) coup de blues ?


Aeshna cyanea
Aeschne bleue



On ne peut pas dire que je n'y mets pas d'assiduité, mais cette saison
les "bigs blues" sont plus rares sur mon site habituel, mares à secs, etc...
D'autant plus content de cette capture du 6 octobre, ce beau mâle un peu
endormi sur les bruyères, en fait il attendait le retour du soleil après
un gros nuage, en nettoyant ces optiques. Si le temps le permet, 
et avec un peu de réussite, je peux encore espérer en rencontrer,
l'an passé mon dernier datait du 30 octobre...
Et pour passer à un autre calibre, quelques Sympecma fusca,
la discrète Brunette hivernale, même jour, même site, et qui doit
commencer à repérer les bons coins pour son prochain hivernage...










mercredi 4 octobre 2017

Exposer en vol...

 Aeshna mixta
Aeschne mixte



Moins assidus, les mâles Aeshna mixta mais ils m'ont encore offert fin septembre
quelques minutes d'état de grâce... Alors que je peux y passer des heures 
sans obtenir une seule image potable, les 28 et 30 septembre dernier,
deux petites séances d'une vingtaine de minutes m'ont suffi à mettre en boîte
quelques clichés convenables... Toujours autour du même massif de massettes,
mais j'ai découvert qu'ils avaient un autre "site de recherche" sur la rive opposée,
massettes aussi, mais hélas pour moi mal exposé et d'accès difficile...
Ce qui expliquerait, vu qu'ils se partagent sur plusieurs endroits, qu'ils soient
moins présents, plus dilués, au spot où je les attends... 
On notera sur les images 2 à 7 l'extrêmité de l'abdomen relevée,
s'agit-il d'une posture de parade, d'invite sexuelle ?










samedi 30 septembre 2017

Striolautomne...


Sympetrum striolatum
Sympétrum strié



Plutôt de la fin de l'été à vrai dire (images du 11 au 21 septembre)
mais les couleurs automnales sont déjà là... Le jeu, en bordure d'allée ou d'orée,
consiste à espérer qu'il ou elle se pose sur une bruyère en fleur, mais il faut être
patient, surtout si la météo moyenne les incite plutôt à rester posés au sol,
ou le vent à choisir des perchoirs plus stables...
Reste alors la possibilté d'utiliser ces mêmes bruyères en bokeh, l'ami Alain
voyant sans doute ce que je veux dire... Au moins ces problèmes
ne se posent pas en survol de l'étang...